Vous êtes ici: MUMM > MANAGEMENT > NATURE CONSERVATION > ESPÈCES EXOTIQUES


Untitled Document

 Dans cette section
 
Introduction
 
Risques écologiques
 
Mesures pour limiter les riques
   
 Liens connexes
 
Que dit la loi?
Loi sur la protection du milieu marin
   
 Recommander
 
Envoyez cette page
par e-mail

Espèces exotiques

Chaque année, diverses espèces d'animaux et de plantes non indigènes viennent peupler notre mer du Nord. On les appelle des "espèces exotiques". Ces espèces sont importées, volontairement ou pas, des quatre coins du monde via l'aquaculture et la navigation maritime, sur la coque et dans l'eau des ballasts des navires.


Huîtres du Pacifique vivant sur un epi sur la plage d'Ostende. Elles ne montrent pas l'habituelle forme arrondie, et se sont donc adaptées à l'environnement particulier et à ses conditions difficiles.

A l'heure actuelle, on recense environ 120 espèces exotiques dans toute la mer du Nord. Ce nombre est cependant certainement inférieur à la réalité parce qu'il est parfois difficile de déterminer si des variétés sont indigènes ou pas. La grande percée des espèces exotiques s'est produite voici quelques siècles, à l'époque des grands voyages d'exploration maritime. Notre climat ne convient cependant pas à de nombreuses espèces importées, qui finissent par disparaître au bout d'un certain temps. Mais le nombre d'espèces qui se sont adaptées et s'implantent définitivement ne fait qu'augmenter.

Quelques-unes ont même connu un développement à ce point explosif qu'elles forment une partie dominante de notre faune et flore marines. C'est notamment le cas du couteau de l'Atlantique (Ensis directus), qui a été observée pour la première fois chez nous en 1987. Ces coquillages se comptent aujourd'hui par millions sur nos plages. Un autre exemple récent est l'huître creuse japonaise (Crassostrea gigas), qui ne s'est fixée chez nous qu'au début des années 1990, mais vit à présent en très grands nombres sur les épis et dans les ports de nos côtes.

S'il s'agissait jusqu'à présent surtout d'espèces vivant ailleurs sous un climat comparable, il s'avère que de nombreux organismes (sub)tropicaux s'implantent aujourd'hui en mer du Nord. Les récents changements climatiques – les dix dernières années ont été les plus chaudes du siècle passé – font que ces espèces se sont parfaitement acclimatées. Nous trouvons aujourd'hui le long de nos côtes des balanes néo-zélandaises et méditerranéennes, des mollusques d'Amérique ainsi que des ascidies et des algues japonaises.

 Quels sont les risques écologiques induits par les espèces exotiques?

 Quelles mesures permettent-elles de limiter les risques?





Prévisions côtières

MARÉES
OSTENDE
[TAW]
 
Heure
Elev.
 Basse
15:40
0.90 m
 Haute
9:10
3.58 m
 Table Graph North Sea animation Belgian coastal zone animation

Marées harmoniques 
Ostende 1980–2020:
  *à
Format date AAAA-MM-JJ
  
VENT
WESTHINDER
 Vitesse 1.24 m/s 
 Secteur 44° , NE 
 Table Graph Line Plot North Sea animation
  
VAGUES
AKKAERT
 Hauteur 0.42 m
 Table  Graph  North Sea animation
  
COURANTS
WESTHINDER
 Graph Ploar plot Line plot North Sea animation Belgian coastal zone animation
  
TEMPÉRATURE
OSTENDE
 Graph Cartes journalières
  
SALINITÉ
OSTENDE
 Graph Cartes journalières
  
TRANSPORT
  Daily maps
  

 

 © MUMM | BMM | UGMM 2002–2014 webmaster@mumm.ac.be
 L'UGMM est un département de l'Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique